L'interview décalée de Francis Mallard

Découvrez le portrait décalé de Francis MALLARD, maire de Bouqueval.

À l’écoute de ses passions

Dans l’ancien corps de ferme qu’il a entièrement rénové en 40 ans, Francis Mallard s’est naturellement entouré de chevaux, de chiens et d’un troupeau de chèvres. Vivre à Bouqueval, au grand air, en famille, avec ses animaux et une paire de bottes, il n’en demandait pas plus ! Cerfs, biches, sangliers… Il aime côtoyer la faune sauvage et l’observer dans son habitat naturel. Quoi qu’on en dise, c’est avec un profond respect pour les animaux qu’il est devenu lieutenant de louveterie. Cette fonction bénévole, sous tutelle du préfet, consiste à réguler les sangliers et autres espèces “dites nuisibles” (autrefois les loups) qui s’installent dans les cultures et les villes du département. De jour comme de nuit, l’expert cynégétique est appelé pour gérer les différentes espèces EZOD (Espèces susceptibles d’occasionner des dégâts) et les problématiques qui en découlent.

Co-fondateur de l’association de gestion du grand gibier dans le Val d’Oise (AGGGVO), il rassemble, chaque année en septembre, ceux qui apprécient le brame du cerf. Francis créera son entreprise à l’âge de 31 ans. En France comme à l’étranger, l’ingénierie électronique le fera énormément voyager. « Si je suis maire, c’est aussi grâce à mon expérience professionnelle et cette connaissance des relations humaines ». Parallèlement, lors de son premier mandat (il fut élu en 1995), il devient aussi président du syndicat des eaux Nord Ecouen (SIAEP-Nord Ecouen), devenu le SMAEP DAMONA avec plus de 60 000 habitants. Trompettiste passionné, il joue également lors des cérémonies commémoratives dans son village. Un maire qui porte un regard admiratif sur l’union des 42 communes, au sein de l’agglo, qui selon lui « fonctionne plutôt très bien ».

 

 

Dernière mise à jour : 30 mars 2022

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?