L'interview décalée de André SPECQ

Découvrez le portrait décalé de André SPECQ, maire de Marly-la-Ville.

Pleinement engagé

André Specq est un homme dévoué à sa fonction, aux autres et aux causes qui lui tiennent à cœur, comme l’accueil des nouveaux habitants ou le handicap. « Nous, élus, faisons de la politique pour œuvrer au bien-être de tous, dans le respect de chacun. Lorsque je suis arrivé dans ce petit village rural, des jeunes souffrant de troubles cognitifs étaient dépendants de leur famille », se souvient-il. Treize ans après son élection en tant que maire, en 2005, l’Institut médico-éducatif Madeleine-Brès ouvrait ses portes à Marly. « C’est un établissement dont je rêvais depuis 30 ans », confie-t-il. Ayant grandi dans le Douaisis, un territoire du Nord-Pas-de-Calais, ce fils de mineur garde un souvenir ému de son enfance et du métier exercé par son père. « Si j’ai d’abord souhaité devenir ingénieur, c’était pour œuvrer à l’amélioration des conditions de travail de ceux qui descendaient, tous les jours, à 300 mètres de fond ». Enfant, il écoutait aussi les chansons de Luis Mariano ou de Jean Ferrat, et pêchait des épinoches dans les rivières. Aîné d’une famille de cinq enfants, le jeune homme quitte très tôt le cursus scolaire pour passer le concours de rédacteur et intégrer la fonction publique territoriale. Il deviendra directeur général des services puis démissionnera de son poste, afin de pouvoir être élu maire de Marly-la-Ville. Évoquant l’agglo, il en salue la création et les élus qui ont su dépasser les clivages politiques pour développer une vraie solidarité intercommunale.

 

Sa ville c’est… 5 700 Marlysiens et Marlysiennes

Dernière mise à jour : 08 avril 2024

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?